Les statines réduisent le risque cardiovasculaire


Traitement des patients à haut risque d’événements cardiovasculaires avec l’HMG-CoA (hydroxyméthyl glutaryl coenzyme A) inhibiteur de la réductase simvastatine réduit le risque d’infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral, et revascularisation d’environ un tiers, même chez les patients ayant un taux de cholestérol normal ou bas, selon les dernières conclusions de l’étude de protection cardiaque publiée cette semaine. adultes atteints d’une maladie coronarienne, d’une autre maladie artérielle occlusive, ou d’un diabète à un traitement par la simvastatine (40 mg par jour) ou un placebo pendant cinq ans. Les résultats ont montré que les décès toutes causes confondues étaient réduits de 14,7 % chez les patients attribués au placebo à 12,9 % (P = 0,0003) chez ceux traités par simvastatine, principalement en raison d’un 18 % réduction relative du taux de mortalité coronarienne par traitement aux statines (6,9 % v 5,7; P = 0,0005). Le risque d’un premier infarctus du myocarde non mortel, d’un décès coronarien, d’un AVC non mortel ou mortel, d’une revascularisation coronarienne ou non coronarienne a été réduit de 24 % (25.2 % v 19.8 &#x00025 ;; P < 0,0001). En raison de la non-observance, les chercheurs ont estimé que le risque était réduit d'environ un tiers chez les patients prenant la simvastatine comme prescrit. Les bénéfices étaient similaires chez les patients ayant des taux de lipides auparavant considérés comme normaux et ne nécessitant pas de traitement aux statines, avec un cholestérol à lipoprotéines de basse densité inférieur à 3,0 mmol / l ou un cholestérol total inférieur à 5,0 mmol / l. .Jane Armitage, chercheur principal et consultant honoraire en médecine de santé publique à l'Université d'Oxford et coordinateur clinique de l'étude sur la protection cardiaque, a déclaré: “ L'étude montre sans équivoque que les statines peuvent produire des avantages substantiels dans une gamme beaucoup plus large Elle a ajouté: ” Ce qui compte vraiment, c'est le risque vasculaire. Nous devrions traiter le risque, pas le cholestérol. Si un patient présente un risque vasculaire suffisamment élevé pour qu'il soit réduit d'environ un tiers, il vaut la peine d'envisager un traitement par statine quel que soit son taux de cholestérol. Les résultats de l'étude ont estimé que cinq années de traitement par la simvastatine -100 personnes sur 1000 éprouvent au moins un événement vasculaire majeur &#x02014, et un traitement plus long produirait un bénéfice supplémentaire. Le traitement à long terme par les statines a été bien toléré dans l'étude, sans effet indésirable significatif sur l'incidence du cancer, admission à l'hôpital pour d'autres causes non vasculaires ou effet sur les enzymes hépatiques. | None